Un regard sur les coulisses de « Les Guerres de Papa »

La première rencontre autour d´une table du metteur en scène, l´assistante de production, les trois acteurs et l´ingénieur son est comparable à un  joyeux Babel où fusent des phrasesen allemand, francais, polonais et anglaisCes artistes allemands, français et polonais se rencontraient pour la plupartpour la première fois mais les choses furent rapidement claires : ils se sont compris d’entrée de jeu. 

Éparpillés devant eux, on retrouve des lettres, des journaux intimes et des photos de la Première et de la Seconde guerre mondiale des trois pays. Matthias Kuchta, qui a eu l’idée de départ, et Katja Lillih Leinenweber, la directrice artistique de la neanderland BIENNALE, ont pu glaner, avec l’aide de leurs partenaires français et polonais, du matériel provenant des archives de la famille Kuchta et dont il a fallu ensuite faire le tri. Bien sûr il y a la barrière de la langue mais là où s’arrêtent les mots, le langage corporel vient donner une idée de ce qui se dit. Des scènes trouvées lors d’improvisations ont vu le jour au cours de la première semaine de répétition, et ont encore été peaufinées au cours des répétitions suivantes. Quand la pièce connaitra sa grande première le 24 juin à Heiligenhaus, les artistes auront derrière eux plus de deux ans d’idées, de recherche et de semaines intensives d’échanges et de répétitions. La pièce sera jouée trois fois dans la circonscription de Mettmann avant de plier bagage pour des représentations en Pologne et en France.